Skip to content

Madame Bocal


Idées de cadeaux de noël zéro déchet ou éco-responsables

En 3 ans, mon point de vu sur la fête de Noël, les cadeaux reçus et offerts à changé. Je suis contente de recevoir des cadeaux mais ce qui me plaît le plus c’est de passer un moment festif, convivial, dansant, gourmet…avec ma famille. Nous le fêtons du côté de ma belle-famille (9 personnes) et dans ma famille (19 adultes et 10 enfants), ce qui en fait du monde et des cadeaux ! Ca ne me gêne absolument pas de ne rien recevoir de mes cousins, oncles et tantes, en revanche je comprends que l’on aime offrir des petits présents. Dans ces cas-là, ils savent qu’ils peuvent nous offrir un moment en famille ou venir piocher des idées dans cet article.

Je vous ai préparé une petite sélection de cadeaux à faire ou à recevoir. Cela peut aussi donner des idées à vos proches.

– Faire des gourmandises maison : chocolats, truffes, pâtes de fruits, sablés, marrons glacés, meringues…
On peut aussi acheter des truffes, chocolats chez un chocolatier et demander à les mettre dans notre boîte. Je l’ai déjà fait, il faut bien sûr expliquer notre démarche. Pour certaines enseignes (franchise), ne pas y aller un jour de grande affluence. Le chocolatier m’avait expliqué que le client devait sortir avec la boîte de la marque de l’enseigne. J’étais la seule cliente dans la boutique, il avait donc fait une exception.

-Gourmandises achetées en vrac dans un bocal en verre : fruits séchés ou fruits secs (physalis, mangues, ananas, pommes, cranberry…), pâtes de fruits, loukoums, guimauves au chocolat, guimauves aromatisées, amandes caramélisées…

-Thé acheté en vrac dans un bocal en verre, avec une pince à thé s’il la personne n’en a pas.

On peut aussi décorer les pots en verre avec des feutres pour verre (avec cuisson), marqueurs ou de la peinture acrylique.

-Panier gourmand : une bouteille de vin, chocolats achetés en vrac, douceurs du terroir dans un pot en verre (terrine, tapenade, caviar d’aubergines..), pâte à tartiner bio…le tout dans un sac craft que vous avez sûrement chez vous.

-Kit pour faire sa pâte à tartiner, acheté tout fait ou à préparer maison dans un bocal : chocolat, noisette, sucre + une recette.
Kit pour fabriquer de la moutarde maison.

-Préparation cuisine dans un bocal avec la recette : cookies aux graines, riz au lait, financier pistache.

-Kit pour faire pousser des champignons : Prêt à pousser, la boîte à champignons, Radis et capucine

-Maquillage bio ou mascara fait maison.

-Cosmétiques fait maison : déo, savon, baume à lèvres…
Cosmétiques solides (achetés) : pain de savon, déodorant solide, shampoing solide, pain de rasage…
Vous trouverez ces produits chez LushLamazuna, Pachamamaï, Les savons de Joya.

-Kit pour se démaquiller : cotons lavables, lotion démaquillante (exemple : huile de noyau d’abricot +eau), éponge de konjac.

-Kit pour faire un produit cosmétique soi-même (déo, baume à lèvres, gel…) ou produit ménager (lessive, détergeant pour lave-vaisselle, désinfectant multi-usages…).

-Gourde en inox : Qwetch (bouteilles isothermes), Gaspajoe, Klean kanteen.

-Kit initiation zéro déchet : vous pouvez faire un petit panier sympa pour initier vos proches au zéro déchet, ou, offrir un produit en fonction de votre budget.
Voici quelques idées : pochons, bocaux, tupperwares en verre, pince à thé, sac imperméable, sopalin lavable, bee’s wrap (emballage réutilisable en tissu enduit de cire d’abeille), brosse à dents en bambou, brosse à dents à tête rechargeable, charbon binchotan ou perles en céramique (pour purifier l’eau), pailles en inox, emballage cadeau réutilisable, recouvre-bol en coton enduit, gourdes réutilsables pour compotes…
Voici quelques sites/marques très sympa où trouvez de belles idées : la fabrik éco (pochette imperméable), Kufu, Apinapi, Sansbpa.com, Alterosac, Présent durable, Doux comme du coton.

-Box : j’adore le concept de box à recevoir chaque mois. J’ai été abonnée à my little box…mais ça ne correspond plus à mon mode de vie. Il a de nombreuses autres box très intéressantes.
Box zéro déchet, éco-responsable : OzetikZorro déchet, La boîte Be Good,
box vin/bière : Le petit Ballon, Le Cercle d’Orge (bières françaises), Découverte Vins Bio, Petit Bouchon (bio), Pinotbleu (bio).
box à planter : La Box à Planter (bio), Pousse pousse,
box bijoux : Emma & Chloé,
box bio (mais avec trop d’emballages pour moi): pour les fans de cosmétiques (Biotyfull box, Belle au naturel, Box évidence), produits pour le corps et la maison (Abonéobio).
Si besoin il y a deux comparateurs de box : la Box du mois et Toutes les Box.

-Cadeaux utiles pour la maison en matières respectueuses de l’environnement : assiettes/verres en inox ou bambou pour les enfants, plats en bambou, belles boîtes de rangement en tissu/bois/osier, planche à découper, porte bijoux, porte manteau en bois, plateau en bois, bijoux, objets décoratifs en bois…
Quelques marques : Ekobo (vaisselle, couverts, verres en fibres de bambou – très belle gamme colorée aux formes épurées), Reine Mère (beaux objets en bois), Aurélie Joliff (créatrice de bijoux graphiques), la trésorerie (articles pour la maison beaux, utiles et respectueux de l’environnement), Altermundi,  Miwitipee (objets décoratifs en bois)

-Vêtement / chaussures / bijoux… d’une marque éco-responsable :
Dressing responsable et Kabane sont 2 boutiques en ligne qui réunissent de belles marques éco-responsables.
Voici une sélection de marques de vêtements : Ekyog, Bleu tango, Wedressfaire, Mae Sue,
et de marques de chaussures : Veja, Faguo, Panafrica, Toms.

Ou de marques artisanales :
Bonnet, gant, chaussettes en mohair (Mohair de fermes de France).

Au vu de certains prix, vous pouvez envisager les cadeaux groupés.

-Un cadeau “expérience” : restaurant, accrobranche, spa, conduite d’une porsche, tir à l’arc, simulateur de chute libre, karting, court de cuisine, pilotage d’un avion, baptême en hélicoptère, atelier pour apprendre à faire du pain, atelier pour apprendre à se maquiller, escape game, cours de couture…

-Livres : on peut en trouver facilement d’occasion sur internet ou dans des boutiques (le bon coin, Gibert jeune, Boulinier..).
Idées de livres sur le zéro déchet, l’écologie, minimalisme… : Famille (Presque) zéro déchet, Ze guide – Jérémie Pichon et Bénédicte Moret, Zéro déchet de Béa Johnson, Le zéro déchet de Camille Ratia, Zéro plastique zéro toxique d’Aline Gubri, Le guide Eco Frugal de Philippe Lévêque,  Demain de Cyril Dion, L’Art de la simplicité de Dominique Loreau, La Magie du rangement de Marie Kondo.

En fonction des habitudes de chacun, voici des objets qui peuvent être bien utiles : yaourtière, sorbetière, cafetière italienne, percolateur, machine sodastream, gaufrier, machine à coudre.
Il vaut mieux s’assurer que la personne en a bien besoin. Si c’est le cas, ne pas hésitez à se tourner vers le marché de l’occasion : boutique en ligne Vinted, Le bon coin (que l’on ne présente plus…), les recycleries, Emaus…
Si vous suivez une liste, vous pouvez toujours demander à l’intéressé si l’achat d’occasion est possible. Dans notre cas, c’est nous qui demandons de l’occasion mais ce n’est pas toujours facile, cela peut prendre plus de temps d’où l’idée d’un cadeau “moment en famille”.

Dans ma famille et belle-famille, on a toujours fait une liste de noël. Depuis, que j’ai changé de mode de vie ma liste au Père Noël est constituée de bocaux, brosses à dents en bambou, maquillage bio, boîte à oeufs réutilisable, ustensiles de cuisine en inox ou en bois, objets de décoration en bois… Si c’est un cadeau qui peut attendre, je note l’idée au court de l’année pour ma liste au père Noël. Ce n’est peut-être pas très glamour mais moi j’en suis ravie !
Réorganiser la maison pour n’avoir que des produits éco-responsables peut coûter un peu cher, au fur et à mesure des années on s’y retrouve. Je trouve que la période de Noël est propice pour avoir un petit coup de pouce.

Et vous que comptez-vous offrir/demander à noël à vos proches ? Est-ce bien accepté ?

Préparation de la rentrée pour ma fille de 7 ans

La rentrée se prépare petit à petit chez nous… On réutilise, on achète d’occasion, sans solvants, neuf chez un petit libraire et en dernier recours en grande surface. L’année dernière, on avait encore beaucoup de choses à faire à la dernière minute, donc cette année j’ai décidé de m’y prendre tôt. J’ai réuni le maximum de matériels la première quinzaine de juillet. Il ne me reste plus de quelques fournitures à acheter en papeterie (grandes colles sans solvants, ramette de papier, effaceur de rechange).

Le cartable

L’année dernière, j’avais suivi le choix de ma fille qui s’était porté sur un cartable hello kitty neuf d’occasion. On a passé l’année à réparer les fermetures, de plus il était trop petit ! Donc cette année, on a cherché un cartable Tann’s sur le bon coin. Je donnerai l’ancien à Emmaüs ou une Ressourcerie, ils arriveront peut-être à le réparer durablement.
Après 2 rendez-vous infructueux via le bon coin, nous avons enfin trouvé le cartable Tann’s de ma puce. Elle le voulait d’apparence neuve, ce qui m’a fait faire chou-blanc 2 fois. Les cartables étaient très bien en photo mais plus abîmés en réalité. J’ai parcouru Paris en pleine canicule et perdu 3 soirées tranquille sans les enfants. Sur le coup, je me disais que je ne trouverai peut-être pas le bon cartable à temps… ce qui a engendré un peu de stress avant mon départ en vacances. Mais je l’ai trouvé !

En le découvrant, ma fille était aussi enthousiaste que si je l’avais choisi en magasin. C’est sûr qu’acheter d’occasion prend parfois plus de temps et d’énergie qu’acheter neuf. Mais cela permet aussi d’avoir un achat mûrement réfléchi. Je suis contente d’avoir racheté un objet déjà en circulation et d’avoir évité de gâcher des ressources inutilement. Il y a déjà tellement d’objets qui attendent d’être rachetés. Et, petit avantage, non négligeable, je l’ai payé 30€ à la place de 73€ en boutique.

Fournitures

Dans un premier temps, j’ai trié la trousse de ma fille en récupérant ce qui était encore viable : stylo plume, cartouches d’encre, feutres velleda, ciseaux, règle. J’ai réussi à nettoyer l’ardoise velleda. On frotte celle-ci avec quelques gouttes d’huiles essentielles (au choix) sur un chiffon et les restes de marqueurs effaçables s’en vont.
A la cave, nous avions un gros stock de fournitures en tout genre que j’ai trié. J’ai découvert que j’avais des crayons de papier, stabilos, ciseaux et gommes pour une bonne partie de la scolarité de mes enfants ! J’ai retrouvé un taille crayon avec réservoir, une trousse en très bon état et une boîte neuve de crayons de couleurs ; ils datent de mes années de lycée. Cela tombait bien j’avais besoin de changer ceux de ma fille. Ses crayons de couleurs, récup de marques disparates, étaient difficile à tailler et son taille crayon en métal abîmaient trop les crayons.
Pour les effaceurs, grosses colles en bâton, ramettes de papier A4, stylos vert/rouge/bleu, je vais les acheter chez notre libraire.

Seul petit craquage en grande surface : un paquet de 8 bâtons de colle sans solvants à un prix dérisoire, 18 feutres lavables dans un étui en carton.
Il ne me manque plus qu’un dictionnaire précis à acheter. Pour les cahiers et protèges cahier, l’école les fournit.

Autres

L’école demande chaque année lingettes (en maternelle) et mouchoirs. J’achète des mouchoirs non blanchis et fabriqués en matières recyclées. Ils sont d’apparence blancs, et non marron clair comme l’on trouve parfois. Pour les lingettes, j’essaye de prendre les moins cracra.
Pour le rouleau couvre livre transparent, on fini celui de l’année dernière, puis on en rachète si besoin.

J’espère que ça vous aura donné quelques idées. Chez nous, ça a été un plaisir de préparer la rentrée doucement, de façon écologique.

Opération démaquillage écolo

En début d’année, j’ai annoncé que je m’occuperai de la salle de bain. Après un grand tri pour notre déménagement, je n’ai pas encore pris le temps de m’y pencher. En attendant de m’y remettre après les vacances, je vais vous donner mes astuces pour un démaquillage le plus naturel possible, sans remplir sa poubelle.
Début d’année 2016, j’ai adopté des cotons démaquillants lavables, depuis ils me suivent partout. Mais ils grisonnent vite et les tâches de maquillage ne partaient pas forcément au lavage. Après plusieurs tentatives ratées, j’ai trouvé la bonne combinaison ! Avant de les passer en machine, je les frotte avec un savon détachant ; la tâche s’en va presque sous mes yeux. Un coup en machine et ils ressortent bien propres. De temps en temps je les entretiens avec la recette si dessous.

Pour me démaquiller, je me munis d’un coton lavable et de ma lotion faite maison… et le tour est joué.

Blanchir et nettoyer les cotons démaquillant lavables :
(Recette de Chloé, blogueuse www.myslowlife.fr)
– 2 cuillères à soupe de percarbonate de soude pour blanchir
– 1 cuillère à soupe de cristaux de soude pour enlever les résidus de gras
– 1 goutte d’huile essentielle de Tea tree pour désinfecter
+ Et de l’eau bien chaude pour dissoudre le tout.
Laissez tremper 12 à 24 h selon l’état des cotons puis lavez en machine.

Démaquillant :
Mélangez 2/3 d’eau et 1/3 d’huile végétale dans un petit flacon. Secouez bien avant utilisation et cela fonctionne très bien.
Dans mes placards j’ai retrouvé de l’huile de noyaux d’abricot mais vous pouvez utiliser celle que vous voulez.
J’avais commencé par de l’huile pure. Ensuite j’ai mis moitié eau / moitié huile, puis j’ai encore diminué la quantité d’huile et cela démaquille aussi bien. Certaines ne supportent pas les lotions trop grasses, à vous de faire vos essais.

Couches Lavables

J’ai utilisé des couches lavables pour mes 2 enfants, soit pendant 4 ans. Quand on a voulu se lancer dans cette expérience, certaines personnes de mon entourage ont cherché à m’en dissuader mais nous étions motivés. C’était un choix écologique, financier et mieux pour la santé de notre bébé (d’après nous). Je m’étais renseignée, enceinte, dans la boutique Apinapi, puis j’y suis retournée pour acheter les couches. J’ai bien fait car ma fille était très menue et tous les modèles ne lui convenaient pas. N’hésitez pas à acheter quelques couches, essayez les et achetez un kit complet si cela convient.
Le premier mois, on a utilisé des couches jetables à cause des nuits courtes et de la fatigue. Quand on a vu les poubelles se remplirent de couches sales, on était persuadés de notre choix futur…et on avait pas découvert le mode de vie zéro déchet. Par la suite, ma fille ne supportait pas les couches jetables, en 1h malgré de la crème et un feuillet de protection, elle avait les fesses rouges et couvertes de boutons que l’on mettaient plusieurs semaines à faire disparaître.

J’ai dû essayer une dizaine de marques de couches lavables (neuves, d’occasion, neuves achetées en brocante…), plusieurs techniques pour réduire les odeurs, trouver des astuces pour transporter les couches sales…donc je commence à être calée sur le sujet et je réponds régulièrement aux questions de parents qui souhaitent essayer les couches lavables. Ca fait un moment que je souhaite écrire cet article pour partager mon expérience.

Comment ça fonctionne ? Qu’est-ce qu’une TE1 ou TE2 ?
Une couche lavable est constituée d’une partie absorbante (en chanvre, bambou..) et d’une partie imperméable. Il y a de nombreux modèles (couche classique, TE1 , TE2…*) aux systèmes d’utilisation et d’entretient variés.
*Couche classique : elle est constituée d’une couche (absorbante) et d’une sur-culotte imperméable, come si l’on mettait 2 couche. Cela peut-être pratique pour la nuit.
*TE1 : Tout En 1 partie : la partie absorbante est cousue à la partie imperméable. On lave tout après chaque utilisation.
*TE2 : Tout En 2 parties : partie absorbante d’un côté et partie imperméable de l’autre. On lave la partie absorbante après chaque change, mais la partie imperméable peut servir plusieurs fois avant un lavage.
*TE3 : Tout En 3 parties.
La TE1 ressemble plus à une vraie couche en terme d’utilisation.  Je la conseille pour les crèches, assistantes maternelles…Certains trouvent ça aussi plus hygiénique, car cela peut gêner de remettre la même sur-culotte entre deux changes.
A l’intérieur de la couche, on met toujours un feuillet jetable. Si l’enfant ne fait que pipi, il se lave avec la couche et se réutilise jusqu’à ce qu’il s’abîme mais en général il n’a pas le temps, sinon on le jette aux toilettes avec les selles dedans.
Il faut faire attention les couches lavables tiennent moins longtemps que les couches jetables. En journée, au bout de 3h, il vaut mieux changer de couche afin de ne pas avoir de fuites, quelque soit le modèle de couche.
Il faut aussi : un rouleau de feuillets, un désodorisant éventuel, une poubelle (ou contenant hermétique) qui recevra les couches sales à laver, plusieurs sacs imperméables pour mettre les couches sales quand on se déplace. J’aime bien la marque Bummis.
Mes enfants étaient gardés par une assistante maternelle. Tous les matins, je préparais les couches de la journée avec un sac imperméable lavable, notre assistante maternelle nous rendait le sac avec les couches sales à l’intérieur. Je le lavais en même temps que les couches, donc on avait 4 pour être tranquille.

 

Point importants à regarder en choisissant la couche
– Scratchs ou pressions (pour fermer la couche) ?
Je trouve que celles à scratchs sont plus pratiques car plus ajustables. Avec les pressions, je me trouvais souvent entre deux tailles. De plus, en positionnant le scratch vers le haut ou vers le bas, on peut plus ou moins agrandir ou resserrer l’ouverture pour les cuisses ou le ventre. Cela s’adapte plus au gabarit de bébé, plus pratique quand on garde les mêmes couches pour le 2ème enfant.

– Couche Evolutive ou multi-tailles ?
Je dirais que ça dépend du gabarit de votre bébé.  De mémoire, on avait acheté deux tailles de couches (taille 1 > 3-7kg, taille 2 > 7-16 kg). Il me semble que c’étaient des semi-évolutives. Mes 2 enfants ont mis les mêmes couches mais ma fille a gardé la taille 1 beaucoup plus longtemps, alors que mon fils étaient déjà avec la taille 2 à 3 mois. Pour mon garçon, j’ai dû racheter certaines couches car notre premier modèle était en fin de course ; c’est comme ça que j’ai découvert la marque Best Bottom et Pop’in, qui sont des couches évolutives et qu’il a gardé jusqu’à la propreté.
Je conseillerai des couches non-évolutives si c’est un petit gabarit, et des couches évolutives si le bébé est plutôt costaud. Pour les couches évolutives, des pressions sur la couche permettent de rétrécir ou agrandir la couche dans sa hauteur. L’avantage de la couche évolutive, c’est que l’on achète un pack de couches qui tiendra jusqu’à la fin, l’inconvénient c’est que celle-ci s’adaptera moins à la taille de bébé, surtout chez un nourrisson.

– Goussets
Je ne jure que par les couches à doubles goussets (cf image couche Best Bottom, couche verte et noire à girafes). Avec les autres, je trouve qu’il y a des fuites, car le tissu absorbant touche plus facilement les habits de l’enfant. Avec un double gousset, celui-ci suit parfaitement la cuisse de l’enfant, et la partie absorbante est bien à l’intérieur de la couche donc aucun soucis de fuites.

– Sèche linge ou non ?
Certaines couches ou sur-culottes ne passent pas au sèche linge ou s’abîment. Il faut bien se renseigner avant.

– Quelle matière choisir ?
Il y en existe en bambou, coton, chanvre, tencel, fibres de soja…
Le coton : capacité d’absorption moyenne,  très résistant dans le temps, sèche rapidement, matière très écologique si issu de l’agriculture biologique.
Le chanvre : tissu antibactérien, très absorbant (idéal pour la nuit), met du temps à sécher, fibres naturelles la plus écologique de toute. Résistant dans le temps mais il avait tendance à “cartonner” quand on a pas de sèche linge. Dans ce cas là, il faut frotter la couche sur elle même pour la détendre après lavage.
Le bambou : tissu antibactérien, très absorbant (idéal pour la nuit), bonne rapidité d’absorption, reste souple et doux malgré les lavages (je privilégiais cette matière pour cette raison), séchage long.
La microfibre : Matière synthétique, très bonne absorption, tout doux au toucher, lavables à 60°C et passe au sèche linge, séchage rapide. De nombreux inserts sont en microfibre. Cette matière a la particularité d’absorber rapidement le liquide et d’avoir un effet “fesses au sec”. Certaines microfibres peuvent être allergisante. La couche Close de Pop’in a un insert en microfibre avec une face (en contact avec la peau de bébé) en fibres de soja.
Le tencel : bonne absorption (mais moins que le chanvre et le bambou), bonne résistance, tissu reste doux malgré les lavages, séchage rapide. La fibre de tencel rejette l’humidité vers l’extérieur et limite la multiplication des bactéries grâce à un taux faible d’humidité à l’intérieur de la couche.
Je me suis inspirée de mon expérience et de l’article suivant pour le paragraphe sur les matières, vous trouverez  les avantages et inconvénients en détail de chaque matière: http://blog.bebe-au-naturel.com/2013/11/en-matieres-de-couches-lavables-laquelle-choisir/
Pour la nuit, le bambou et le chanvre sont très absorbants.
N’hésitez pas à mettre un insert de nuit pour booster la couche et éviter les fuites.

 

Marques de couches
En 4 ans, j’ai dû essayer une dizaine de marques de couches (neuves, d’occasion, neuves achetées en brocante…). Voici une petite sélection…

– Best Bottom TE2 taille unique : Il y a une sur-culotte imperméable et un insert qui se clipse au milieu. Si on a un bébé qui fait de gros pipi la nuit par exemple, on peut rajouter un insert. Ce que j’ai aimé : facile d’utilisation, avec doubles goussets au niveau des cuisses donc pas de fuites, beaux modèles colorés, scratchs au niveau du ventre, pas trop épaisse sur les fesses de bébé.

couche_best_bottomcrédit photo : Locacouche

– Pop’in TE1 taille unique : facile d’utilisation épouse bien les formes de bébé, avec doubles goussets au niveau des cuisses. Elle peut s’utiliser comme une TE2, la culotte de protection peut être remise au change suivant.
Culotte en tissu polyester laminé au polyuréthane afin de le rendre imperméable et respirant. L’insert est en éponge microfibre avec une face en fibres de soja (côté très doux en contact avec la peau de bébé).

couche_pop_incrédit photo : Ecomome, Apinapi

-Easyfit de Totsbots TE1 taille unique : facile à mettre, joli colori, ne fait pas de trop grosses fesses à bébé, sèche rapidement mais je ne les recommande pas. Elles fuyaient tout le temps malgré tous les insert pour booster la couche (augmenter sa capacité d’absorption). La nouvelle adaptation semble être la TE1 Easyfit Binky.
Ils semblent avoir sorties des TE2 Peenut Totsbots sur le même principe que Best Bottom, mais avec de simples goussets. A voir…car il y aune belle marge entre l’insert et le bord de la partie imperméable. Totsbots est une bonne marque.
-Bamboosle Totsbots, couche classique : s’utilise avec une sur-culotte. Couche parfaite pour la nuit, très absorbante pour une nuit complète (quand ils font leurs nuits).
-BumGenius 4 TE1 : simple d’utilisation mais je trouvais qu’il y avait trop de fuites. Il y a un simple gousset. La partie imperméable apparente peut toucher les bodys et mouiller les vêtements. Je l’avais acheté en dépannage en brocante. Elles m’ont quand même servit, parfois je m’étais une sur-culotte par dessus.
– Sur-culotte Bummis double goussets : sur-culotte efficace
– Sur-culotte Blueberry : la mieux, découverte après, s’adapte parfaitement à la morphologie de l’enfant. Jolis dessins.
-Hamac : La couche est composée d’une culotte imperméable, d’une nacelle amovible. L’on y rajoute un insert jetable ou lavable. La culotte peut servir pour plusieurs changes d’affilé.
Mes deux marques préférées : Best Bottom et Pop-in
Autre bonnes marques recommandées par internautes : TE1 Bamboulik Blueberry, Bumgenius organic TE1, Piwapee simplimulti TE2, Hamac

Les modèles de couches évoluent assez vite, en à peine 2 ans je découvre pleins de nouveaux modèles ou évolution. En revanche, certains n’ont presque pas changé mais ce sont des modèles qui ont faits leurs preuves.

Nombre de couches
Si on veut faire une lessive tous les 2 jours, il faut compter une vingtaines de couches (16 couches de jour et 4 de nuit). Nous, on tournait plutôt avec une lessive tous les 3 jours donc on avait une trentaine de couches. Ca dépend aussi si vous avez un sèche linge ou non.

Le fait que l’on achète un pack d’un coup peut faire peur côté budget. Je dirais qu’il faut compter environs 500/600 € pour des couches lavables, contre 1500 € pour des couches jetables jusqu’à la propreté, sachant que l’on réutilise souvent les couches pour un deuxième enfant. Le budget dépend aussi des couches choisies (modèle, nombre, achetées d’occasion ou non..). On dit souvent qu’un enfant portant des couches lavables est propre plus tôt, car il n’y a pas l’effet “fesses au sec”.

Comment stocker les couches sales
– Poubelle à cette effet, bien hermétique. A l’intérieur, on accrochait sur le côté un coton avec quelques gouttes d’huiles essentielles pour désinfecter.
– Sac imperméable à fermeture éclair pour le transport. Certains l’utilisent aussi chez soi à la place d’un contenant hermétique.

Lavage des couches
Pour le lavage, certains font un prélavage, ouvrent leur machine en court, mettent le reste du linge et continuent le lavage. Notre machine ne permet pas ça. Je mettais un programme normal avec les habits des enfants, cela n’a jamais senti le pipi. On mettait souvent un produit désodorisant écologique. De temps en temps, il faut faire un lavage à 60 °C sans lessive pour décrasser les couches. Il y a aussi des produits pour les faire dégorger des résidus éventuels.

Pour la lessive, il en faut une sans glycérine, sinon cela encrasse les couches et celles-ci absorbent moins. Les couches lavables sentent un peu plus fort que celles jetables au moment où celles-ci sont remplies d’urine. Une amie me disait que cela sentait l’avoine. On peut mettre quelques gouttes d’huiles essentielles dans la lessive (Tee Tree, citron, Lavande, Menthe Poivrée) ou un désodorisant exprès. J’avais le “été en provence” d’Ecodoo. C’est sûr que la lessive classique (odeur très forte) couvrirait plus les odeurs. Jamais d’adoucissant, du coup certaines matières peuvent cartonner un peu.

Voici les lessives qui apparemment n’encrassent pas les couches sur le long terme : Apta écologique en poudre, L’Arbre vert, Biocoop liquide, Ecodoo, Ecocert Stanhome, Ecover Intermarché, Leclerc Eco+, Leclerc marque repère liquide, Leclerc Uni Vert liquide, Lidl, Potion (spéciale couches lavables), Rainett à l’aloe vera, Super U écoloique, Ulrich, X-tra en poudre, X-tra total en poudre, Lessive écologique Auchan.

Quelques conseils pour tenir la distance :
– Le premier mois, n’hésitez pas à utiliser des couches jetables si vous êtes trop épuisés, surtout la nuit.
– En vacances, n’hésitez pas à acheter des couches jetables bio, surtout pour un week-end.
– Si une couche déborde c’est qu’elle peut être encrassée ou que bébé fait de trop gros pipi pour la capacité d’absorption de la couche. Il suffit de rajouter un insert, ou deux et cela résout le problème. On peut avoir le soucis surtout la nuit.

Les plus et les moins
Les plus : économique, écologique, pas toxique pour la peau de bébé, hypoallergéniques. C’est agréable de faire des emplettes pour aller acheter les couches, les modèles sont vraiment beaux !
Les moins :
– Moins pratique quand on part en vacances ou en week-end. Ca prend tout de suite de la place dans la valise, et il faut faire une machine (quand on part une semaine) ou stocker les couches sales (quand on part un week-end). Comme vous aurez compris précédemment dans l’article…pour les week-end je conseille d’acheter exceptionnellement des couches bio, quand on a pas d’enfant allergique…
– Plus volumineux sur les fesses de bébé. Il faut adapté les pantalons et prendre souvent une taille de plus pour les bodys. Si le body comprime la couche, il y a plus de risque de fuites.
– Ca demande un peu de temps, d’organisation et de la place. Dans notre appart, on a eu longtemps les couches à sécher au milieu du salon ou de la chambre de bébé… Si vous avez un sèche linge, vous n’aurez pas ce soucis.
– Les odeurs peuvent gêner et le fait de devoir mettre un peu les mains “dedans” pour nettoyer éventuellement ce qui a débordé hors du feuillet (que l’on jette dans les toilettes). Désolée pour le côté pas très glamour.

Malgré tous ces points négatifs, on fait avec quand on est convaincus de la démarche !
Et vous, avez-vous déjà essayé ? Si oui, quels modèles conseillez-vous ?

Etoiles de Noël

Mon mari me taquine souvent avec mes “emballages cadeaux en PQ”, comme il dit, il va être servit ! Après avoir vu de nombreuses photos sur internet de décorations faites à partir de rouleaux de papier toilette…j’ai décidé d’essayer. C’est magique, on peut créer de nombreuses combinaisons à partir de 3 ou 4 formes et de plusieurs tailles.
Ma fille de 5ans m’a aidé à les peindre et s’est très bien débrouillée, par contre avec mon fils ça a été un massacre. Les formes sont assez fragiles et se déforment vite une fois mouillées de peinture.

Matériel :
Rouleaux de papier toilette
Cutter, ciseaux
Planche à découper (si vous avez)
Colle
Peinture argentée, dorée, pailletées…
Rubans

deco_noel_1

Découpez des ronds dans les rouleaux. Si on veut utiliser des grandes formes, il faut se servir du cutter. Cette partie est assez fastidieuse. Pour les petites formes, découpez-les avec les ciseaux, fermez les formes avec une pâte de collage rajoutée à l’intérieur.

deco_noel_0deco_noel_6deco_noel_8

Manipulez les formes et trouvez le bon assemblage. Peignez-les, laissez sécher puis assemblez. On y accroche un ruban ou ficelle et le tour est joué !
deco_noel_10deco_noel_14

Et vous, comment upcyclez-vous les rouleaux de papier toilette ? Vous êtes vous déjà lancé dans des décorations de Noël faites mains ?

Vêtements pour barbie à partir de tissus de récup

La période des fêtes arrive et j’aime me donner des challenges, surtout quand ça fait appel à la créativité. J’ai décidé de fabriquer certains cadeaux moi-même, enfin comme chaque année, mais là j’ai mis la barre un peu plus haute (surtout pour mon fils…pas sûr que j’y arrive).

Je mets régulièrement des matières de côté pour de futurs bricolages. Il y a plus d’un an, j’avais mis une chaussette orpheline dans ma boîte à trésors pensant que ça pourrait faire une jupe de Barbie. La semaine dernière, je suis tombée sur la vidéo de 5 Minute Crafts pour fabriquer des habits de barbie facilement et ça m’a donné envie de m’y mettre.
J’ai sorti ma boîte à trésors avec rubans, petites chaussettes orphelines, perles, collants troués, feutre…et c’est parti ! Je suis restée sur des modèles très simples car je ne suis pas une grande couturière.

1ère tenue à partir d’un collant troué
J’y ai glissé la Barbie afin modéliser la robe sur la figurine avec des épingles. J’ai fait une couture à la main sur toute la longueur, puis coupé le surplus de collant. J’ai cousu un ruban sous la poitrine pour habiller un peu la robe et rajouté un ruban au niveau du cou.barbie-4

Voici l’envers de la robe.robe-noire-retournee

Et la robe terminée.barbie-2

 

2ème tenue à partir d’un chaussette de bébé
J’ai coupé la chaussette en deux au dessus du talon et gardé la partie du haut. J’ai replié le côté coupé sur lui-même, de 0,5 cm, afin de coudre une coulisse pour y glisser l’élastique de la ceinture. J’ai utilisé un morceau de la ceinture de mon ancien collant. Pour finir, j’ai rajouté un petit noeud sur le devant de la jupe.

barbie-1

 

3ème tenue à partir d’un sac
Je suis partie d’un sac en suédine, un peu épaisse. La fermeture du sac commençait à 5 cm du haut, un peu comme un sac bourse.
En partant du haut du sac, j’ai coupé à 1 cm sous le cordon de fermeture, j’ai retourné la jupe et ajouté une perle au bout de chaque cordon. Le haut de l’ancien pochon correspond au bas de la nouvelle jupe. Vous pouvez aussi utiliser un pochon usagé et en faire une longue jupe.
jupe-noirejupe-noire-haut

Voici le dos des différentes tenues
tout-dos

J’essayerai de rajouter quelques modes d’emploi en dessin, ce sera peut-être plus clair.

Et vous, avez-vous déjà réalisé des habits de poupées ou d’autres créations à partir de vieux vêtements ?

Bio et zéro déchet pour les petits budgets

“C’est bien beau tout ça mais avec un petit revenu on fait comment ?”
Suite à une discussion avec des copines, j’ai vraiment réfléchi à la question. C’est sûr que manger bio c’est plus cher, après on achète moins et on ne gâche presque rien. Si on opte pour le minimalisme et le marché de seconde main, on dépense moins.

Consommer bio
courses_petit_budget
Pour répondre à cette question plusieurs débuts de réponse :
– Faire le plus de produits soi-même. Un plat avec des ingrédients simples sans additifs, conservateurs ou autre, sera toujours meilleur pour la santé, même si les ingrédients ne sont pas bio.
– Regardez les gammes bio des grands supermarchés. Je ne sais pas ce que ça vaut réellement…si les prix étonnement bas cachent quelque chose ou pas, mais je me dis que c’est toujours mieux pour la santé et l’environnement.
– Regardez les prix des produits bio pour les basiques pâtes, riz, sucre…on peut parfois avoir des surprises.
– Profitez-en pour jeter aussi un coup d’oeil aux fruits et légumes : carottes, poireaux, pommes de terre, pommes, bananes, oranges… C’est sûr que les figues, cerises, champignons c’est à oublier pour l’instant. Au magasin la vie claire, je trouve des choux-raves moins cher que sur le marché.
L’avantage avec les fruits et légumes bio c’est que l’on peut également manger la peau sur certains fruits et légumes. La dernière fois, j’ai fait des cakes à la peau de banane ! Pas mal.
– Allez faire un tour dans un magasin bio et comparez. J’ai trouvé du dentifrice à 2,40 euros, des mouchoirs non blanchis à 1,40 euros…certains produits ne sont pas beaucoup plus chers. Il faut prendre le temps une fois d’aller voir. Les prix diffèrent selon les magasins bio bien sûr…Ne vous laissez pas décourager par une prospection.
– Pour les produits ménagers dont on utilise qu’une petite quantité en 6 mois ou 1 ans (détachant avant lavage, produit pour les vitres…), ça vaut peut-être le coup d’aller chez Day by Day afin d’en acheter qu’un demi flacon. On pense souvent à la nourriture en premier mais les produits ménagers industriels sont remplis de produits toxiques.
– Revenir à des produits d’entretien plus naturels : vinaigre blanc, eau, bicarbonate..
– Osez acheter moins et être en flux plus tendu.

Zéro déchet/minimalisme/consommons responsablemenage_bio – Epurez, achetez juste ce dont vous avez besoin
– Achetez en seconde main dès que possible (habits enfants, jouets, électroménager…)
On trouve des jouets neufs parfois. J’ai acheté récemment un petit jeu de société encore sous cellophane pour ma nièce.
– Privilégiez les éléments réutilisables. N’achetez plus de sopalin, optez pour les chiffonnettes microfibres. N’achetez plus d’éponges, optez pour des carré-éponges lavables. N’achetez plus de petites bouteilles d’eau, optez pour une gourde en inox (pas de plastique bien sûr ;). Pour ces dernières, l’investissement peut sembler supérieur au début.
– Pour vos nouveaux achats, privilégiez les matières plus respectueuses de l’environnement (bois, verre, inox, tissu…). Cela peut sembler plus goûteux au début mais il faut le faire progressivement, cherchez les petits prix ou les promos. Ca ne prend pas beaucoup plus de temps, c’est juste une gymnastique différente. Il faut juste y penser à l’achat. Besoin d’une louche ? Prenez-en une inox plutôt qu’en plastique…
-Faites le tri et vendez ce dont vous ne vous servez pas. Faites le à votre rythme. De mon côté, il y a des étiquettes “à vendre” sur des objets à la cave et je le fais au fur et à mesure.

Le minimalisme/zéro déchet est clairement abordable financièrement, par contre cela prend du temps. Il faut faire les choses petit à petit.
Pour les produits bio, dites vous qu’un pas ou deux c’est toujours mieux que zéro. Cela semble idiot dit comme ça mais c’est vrai, on peut vite se décourager en se disant que ça ne sert à rien.

N’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez, si cela vous semble faisable, si vous avez déjà adopté quelques solutions…

Lessive maison

Vous êtes plusieurs à me demander ma recette de lessive alors la voici…Très simple à fabriquer et j’en suis satisfaite.
Le linge ne sent pas aussi fort qu’une lessive classique, je dirai qu’il n’a pas d’odeur. Ca peut gêner certaines personnes qui sont habituées à ces odeurs de lessives du commerce…

Recette tirée du livre de Béa Johnson :

Mélangez 100 grammes de cristaux de soude, 100g de copaux de savon de marseille et 3 litres d’eau chaude. Bien mélanger pour dissoudre le savon de marseille. Mixez le tout au plongeur pour homogénéiser le liquide. Laissez reposer une nuit. Le liquide devient compact. Je commence à le mélanger avec une cuillère à soupe, comme si on faisait des boules de glace, ensuite je le mixe au plongeur et ajoute quelques gouttes d’huiles essentielles. En général j’adapte les quantités pour en faire 4,5L et je le conditionne dans une grande bouteille de 5L ; vous pouvez également réutiliser un ancien bidon de lessive. Avec cette quantité je tiens 2 mois, pour une famille de 4 personnes.bidon_lessive

A l’utilisation, il faut en mettre un peu plus qu’une lessive classique, je dirai 3/4 d’un verre Duralex (verre de cantine), à adapter en fonction des vêtements à laver. Je ne connais pas les quantités avec un bouchon de pack de lessive, j’utilise un ancien verre en plastique de dînette de ma fille… Il faut verser la lessive directement sur le linge, elle est un peu trop pâteuse pour passer correctement dans le compartiment à lessive.