Skip to content

Madame Bocal


Mini-défi du mois de janvier

Petit défi pour cette semaine : refusez ces fameuses pailles qui polluent les océans et causent des dommages sur les animaux marins.
C’est un de mes défis perso cette année : y penser au moment de la commande quand je vais boire un verre avec une copine ou que l’on va au restaurant avec les enfants. Je ne suis tellement pas habituée à boire avec une paille, que j’oublie tout le temps que les restaurants et bars en mettent partout !
J’y pense quand l’on prévoit un pique-nique ou d’aller acheter aux enfants leurs jus frais préférés ; je prévois les verres réutilisables et les pailles en inox.

Si avoir une paille en inox dans son sac est contraignant pour vous et que vous aimez boire votre cocktail avec une paille, pensez à limiter la casse :
– demandez une seule paille au lieu de deux,
– si vous reprenez un 2ème verre gardez la première paille et demandez à ce qu’ils n’en mettent pas dans le prochain verre.

J’espère que les astuces du mois de janvier vous ont permises de faire un premier pas vers la réduction d’objets / déchets inutiles. Au mois de février, on essaie de réduire notre consommation quotidienne. Pour les inscrits à l’astuce de la semaine, vous recevrez le premier mail la semaine prochaine !

( Si vous voulez plus d’informations sur la journée internationale sans paille, les voici baslespailles.org )

Astuce 3… pour une année 2018 plus responsable !

Refuser les objets jetables chez les commerçants n’est pas toujours chose facile… on a le droit aux mines étonnées, aux “mais c’est gratuit”… mais il faut essayer, se lancer. Vous ne le sentez pas cette fois-ci ? Pas grave, vous essayerez la prochaine fois !

La clef c’est d’expliquer la démarche en quelques mots “pour des raisons écologiques, je ne souhaiterai pas de……..”. Pas toujours facile de perdre 2 secondes à expliquer alors que le vendeur est déjà en train de placer couverts et serviettes jetables au fond du sac. J’explique souvent la raison à la fin de ma demande, surtout si j’aperçois la mine déconfite du vendeur.
Acheter un repas à emporter dans un tuperwear en inox demande de l’organisation et, surtout, d’oser ignorer le regard des autres, en revanche toujours “limiter la casse” est un automatisme qui se prend vite.
Voici quelques exemples :
-Vous n’achetez qu’un dessert en boulangerie et votre lieu de travail est à 5 mn… Prenez le à la main et refusez le sac pour le transporter.
(Je l’ai encore fait il y a deux jours, aucun soucis avec celle qui m’a servit mais ce geste m’a valu le regard ahuri de sa collègue).
-Vous achetez à emporter pour manger au travail… Refusez serviette en papier et couverts en plastique et prévoyez la version durable au bureau. Souvent je dois expliquer avec un “j’ai tout ce qu’il faut au bureau”. Et à force d’y retourner, les commerçants s’habituent.
-Vous achetez un plat dans un restaurant japonais pour dîner chez vous… refusez baguettes, serviettes, menu du restaurant. Privilégiez les baguettes lavables. Avec tout les barquettes en plastique, c’est toujours ça de gagner. Vous pouvez aussi le préciser lorsque que vous commandez à emporter par téléphone. Ce n’est pas forcément respecté mais ça ne coûte rien d’essayer.
On peut aussi faire attention au sur-emballage inutile : une part de tarte dans un papier craft épais + sac craft, un sandwich et un petit pain aux olives dans deux emballages différents alors qu’ils tiennent très bien dans un grand.
Le sur-emballage et tous ces objets jetables sont tellement ancrés dans nos habitudes que les commerçants sont  vite déconcertés, mais je me dis qu’à chaque fois que j’ose le faire, je véhicule l’idée petit à petit.

 

N’oubliez pas de vous inscrire à l’astuce de la semaine, si cela vous intéresse, afin de les recevoir par mail dès février. Une newsletter accompagnera l’astuces avec de nombreux conseils pour aller un peu plus loin si vous souhaitez. Comme ça chacun avance à son rythme.

Astuce 2… pour une année 2018 plus responsable !

On continue avec les refus de publicités papier, d’objets publicitaires, gratuits…
Si, comme nous, les prospectus publicitaires vont directement à la poubelle, le “stop pub” est un bon moyen pour réduire considérablement le contenu de sa poubelle jaune ! Si cela vous sert pour les promos des supermarchés, gardez cette astuce pour plus tard.
Vous pouvez en trouver sur internet ou l’écrire directement sur une feuille de brouillon et le coller sur la boîte aux lettres.

Profitez-en pour refuser l’attraction des objets gratuits (stylos, échantillon de parfum, nouveau produit alimentaire a tester…). Avant le mot “gratuit” me mettait en pilotage automatique direction la personne qui les distribuait, et je me retrouvais à attendre mon tour afin de recevoir le bien si précieux… au cas où. Maintenant je refuse avec un sourire ou passe devant sans y faire attention. C’est un déclic à avoir, chacun avance à son rythme. On a déjà tellement de choses à la maison, c’est ça de moins à ranger.

Le dernier objet gratuit que j’ai accepté, était un étui a m&m’s en inox, donné suite à l’achat d’un paquet de m&m’s dans une aire d’autoroute, cet été. Sur le coup, je n’ai pas réussi à le refuser. Je trouve ça plus difficile quand c’est un cadeau lié à un objet que l’on achète, le vendeur dégaine systématiquement le “mais madame, c’est gratuit”.
J’ai voulu aller le rendre mais le regard des autres et le “au cas où” m’ont arrêté. Il vient de finir dans la caisse “a donner”… Il m’aura servit à comprendre que la prochaine fois, je le refuserai. Et finalement la formule “c’est gentil mais on a déjà suffisamment de choses à la maison” fonctionne assez bien. Essayez !

Le point plus difficile à mettre en place est le refus des babioles inutiles données aux enfants : petit sac d’anniversaire, prospectus pris à la pharmacie, ballon donné lors d’un tour de manège…mais en l’expliquant aux enfants, l’idée fait son chemin doucement.

C’est parti pour… découvrir une astuce par semaine afin limiter sa production de déchets !

Quand on parle de zéro déchet on pense tout de suite aux achats en vrac, tout cuisiner et faire ses produits soi-même, mais il y a plein de petits gestes au quotidien qui passent inaperçus et qu’il est facile d’éviter. Avant de parler de la partie courses / nourritures, avançons en douceur, en parlant de consommation éco-responsable, vie plus simple / minimaliste , réduction de notre empreinte écologique pour arriver progressivement au cœur du zéro déchet. Pour les plus avancés, ça peut toujours être utile et n’hésitez pas à partager vos astuces et expérience.

Chaque semaine, vous découvrirez une nouvelle astuce concrète et on finira le mois avec une petite astuce-défi. On commence très doucement au mois de janvier, en apprenant à refuser à son rythme. Ce mois-ci, je posterai les 4 astuces dans le fil d’actualité. Pour la suite, vous pouvez vous inscrire afin de recevoir l’astuce de la semaine par mail et de nombreux conseils qui compléteront les astuces si vous souhaitez aller plus loin (en haut de la colonne de droite).
Vous pourrez bien entendu les retrouver dans l’onglet “astuces” du blog et sur les réseaux sociaux.

L’idée c’est de vous aider à réduire votre empreinte écologique pas à pas. Vous pouvez suivre les astuces les unes après les autres, ou ne mettre en place que celles qui vous parlent.

Pour la mise en place de ces astuces/défis, voici les 4 livres dont je me suis inspirée : Zéro Déchet de Béa Jonhson, Ze Guide de la Famille (presque) Zéro Déchet, La Magie du rangement de Marie Kondo, Le Guide écofrugal de Philippe Levêque.

Présentation rapide du zéro déchet
On ne parlera pas que “zéro déchet” mais je m’en suis fortement inspirée donc voici une petite présentation rapide en un visuel simple et efficace.

En janvier
Commençons par refuser. Dire “non” peut être délicat en société pour ne pas blesser les gens ou passer pour un(e) asocial(e) mais certains refus sont plus faciles à mettre en place avec le sourire ou en expliquant notre démarche.
Faire attention à ce qui rentre chez soi aide vraiment à limiter sa production de déchets et à gagner du temps en rangement !

Astuce 1

C’est la première astuce que j’avais posté l’année dernière ; je trouve que c’est une bonne astuce pour commencer, facile pour refuser le papier et collecter une information.
Refuser les publicités distribuées dans la rue, qui finissent souvent dans la poubelle à 200 mètres ou en boule dans nos poches, est un geste qui ne réduit pas notre confort de vie mais réduirait considérablement le gaspillage des ressources. La fabrication de papier exige en effet de grandes quantités d’eau et d’énergie, ainsi que de nombreux produits chimiques. On estime qu’il faut 300 000 litres d’eau et l’équivalent énergétique de 2 000 litres de pétrole pour produire environ 1 tonne de papier (source quechoisir.org).
Alors pourquoi gâcher des ressources pour ne pas être lu ? Pour aider la personne qui les distribue à finir ses piles de prospectus ? Avant de prendre conscience de tout ça, je le faisais pour cette raison, maintenant je me dis qu’à force de petits gestes les choses peuvent changer et être faites autrement.
Je refuse également les journaux gratuits dans les transports en commun, je peux trouver l’information sur les journaux en ligne.

Beaucoup de prospectus ou carte de visites peuvent être pris par politesse ou habitude. Prendre en photo peut être une solution pour ne pas froisser la personne et avoir l’information. Idem pour les tickets de caisse, je les refuse, les prends en photo. Si j’ai besoin de les prendre pour mes comptes, je me sers du verso comme liste de courses. Je vous l’accorde c’est un détail mais je reste convaincue qu’il n’y a pas de petits gestes, surtout si ce geste est multiplié par le nombre de consommateurs.

En tout cas, j’espère que ce que je vous ai concocté vous plaira, n’hésitez pas à vous inscrire pour recevoir ces astuces.

(Le problème d’inscription à l’astuce de la semaine est résolu.)