Skip to content

Madame Bocal


Idées reçues sur le zéro déchet

Certaines questions reviennent souvent quand mes proches découvrent mon mode de vie. Vous vous les posez peut-être aussi, alors voici quelques débuts de réponse.
Je vais surtout parler de courses et de nourriture, ce qui demande le plus d’adaptation.

“Comment tu fais…ça doit te prendre beaucoup de temps ?”
Au début, cela prend du temps de s’équiper, réorganiser sa maison, changer ses habitudes, désencombrer…moi j’adore, donc ça ne me gêne pas mais poser les bases prends du temps.
Ensuite, on s’organise et réorganise son temps. On passe moins de temps dans les magasins ou devant la télé, on réalise plusieurs plats en même temps, on augmente les quantités (gâteaux, desserts). On développe une base de recettes simples et efficaces, des astuces quand on a pas envie de cuisiner.
C’est un plaisir de redécouvrir le goût de certains aliments, de savoir ce que l’on mange et d’adapter les recettes en fonction de nos goûts. Cuisiner avec les enfants peut être aussi un plaisir, même si pour l’instant c’est loin d’être le cas chez nous.

“Il faut tout une organisation.”
Il faut être organisé mais on prend vite le pli, question d’habitude. Pour les courses, certains ont un kit rangé dans le placard, toujours prêt à être dégainé. En ce qui me concerne, je le constitue à chaque course en fonction de ce que je compte acheter (fruits qui tachent, fromage râpé, poisson entier, olives…). Mon kit de courses diffère aussi en fonction du lieu où je vais : marché, magasin bio, day by day. Maintenant, j’ai l’habitude, je prends 5 mn pour tout préparer.
C’est sûr que les jours des courses sont prévus à l’avance, enfin…c’est le cas, depuis que j’ai des enfants. Si je souhaite faire des courses en sortant du travail, je prévois un kit de pochons en tissu que j’emmène avec moi. Lors d’une kermesse des enfants, je glisse 4 gobelets, 2 assiettes réutilisables, 2 serviettes de table et le tour est joué ! J’ai toujours un pochon et/ou un sac en tissu sur moi. Tous ces gestes deviennent des réflexes.
Ce qui peut sembler complexe, c’est pour la vente à emporter. On amène nos contenants. Un soir, si on a envie d’un plat à emporté, je rentre chercher ce qu’il faut.
Tout n’est pas obligé d’être changer de suite, faites les choses petit à petit et ce point la viendra peut être un jour naturellement.

“J’ai besoin de souplesse, avec le zéro déchet pas de place pour l’imprévu.”
Il y a certaines situations plus compliquées… mais il y a toujours une solution. Voici quelques exemples.
– Apéro improvisé un samedi soir avec des amis, on a rien dans les placards.
Mode de vie classique : on file dans un supermarché acheter une dizaine de choses toutes faites (houmous, guacamole, bouchées apéritives, chips…).
Mode de vie zéro déchet : on prend un kit de pochons et on file au magasin bio. On peut acheter des choses simples à grignoter : melon, tomates cerises, concombre, gâteaux d’apéritif en vrac, préparations dans des bocaux en verre, pain…
Il y a toujours des solutions pour limiter les emballages, les produits industriels ou non français.
– On a besoin de manger dehors avant un rendez-vous, activité ou autre…? On sort le pochon en tissu que l’on a dans notre sac pour acheter un sandwich ou on mange sur place chez un traiteur.
Après, le zéro déchet ne concerne pas que les repas, c’est une façon de vivre qui touche tous les domaines du quotidien : refuser une serviette en papier, acheter d’occasion au maximum (jouets, habits, mobilier…), remplacer les objets jetables par du réutilisable (serviettes de table, essuie-tout, éponge, film plastique, sac pour les courses, cotons démaquillant…), consommer moins, ne plus utiliser de produits toxiques pour le ménage…

“Je ne supporterais pas le regard des autres”
Mon mari n’y fait pas attention, moi j’ai du mal à changer de commerçants à cause de ce fameux “regard des autres”. Mais je prends sur moi et je me lance, en général je suis bien reçue par le commerçant. Je ne m’attarde pas à regarder les réactions des gens, je n’embête personne, je fais juste les choses différemment ! Je surprends les gens et on se rappelle de moi, ça c’est sûr. Ce qui me touche parfois c’est le regard d’un commerçant dubitatif pour le refus d’une serviette en papier ; bizarrement ce qui passe le mieux ce sont les achats en vrac dans les bocaux en verre ou pochons en tissu. J’ai souvent des encouragements à ce sujet.
Petit conseil toujours expliquer pourquoi avec une phrase simple : “par soucis écologique”, “rien de jetable svp”.

J’espère que cet article vous aura donner envie de vous y mettre petit à petit, amener des réponses ou simplement rappeler des situations similaires.

Mon kit de courses

pochons

Pochons pour le vrac
J’ai deux tailles (petit et moyen). Ils sont légers, à motifs avec un cordon pour fermer. Je les avais acheté au magasin éphémère Biocop 21 à l’occasion de la COP 21.
J’utilise aussi certaines poches en tissu de recup, celles qu’il y a dans les box my little Paris ou Emma & Chloé par exemple. On peut trouver de nombreux modèles sur internet.
Pour mes farines, j’utilise des pochons plus épais ou imperméables.

Sacs vrac fruits et légumes
J’ai acheté quelques filets à linge mais la plupart de mes grands sacs en tissu ont été récupéré à droite et à gauche (sac vendu avec les chaussures, cadeaux commerciaux acceptés avant…)

bocaux_kit_vrac

Bocaux
Je garde les pots en verre de mes achats, très pratique pour conserver un reste de repas, acheter des olives, charcuterie, petite part de viande…ou encore pour ranger de petites quantités d’aliments dans les placards (amandes, noisettes, raisins secs…).
J’ai également des bocaux Le Parfait de plusieurs tailles différentes. Je prends ceux au couvercle qui se visse, plus facile à manipuler au quotidien je trouve. Ma dernière acquisition : de grands bocaux a terrine Le Parfait de 2L.

tup

Tupperwares en verre
Après avoir essayé plusieurs marques, mes préférés sont ceux de la marque Pyrex. Ils sont assez chers mais il y a souvent des opérations dans les supermarchés en collectant des vignettes (environs 60% d’économie).
Ils sont de bonnes tailles pour le frigo, facilement empilables, hermétiques pour le transport, vont au four. Et surtout ils se ferment et s’ouvrent facilement, ce qui est moins le cas de ceux à ailettes, je trouve.

Divers
Voici ce que je garde afin de les réutiliser : bouteilles en verre de jus de fruits, bouteilles d’huile d’olive & vinaigre, anciennes bouteilles de shampoing/gel douche, pulvérisateurs vides…Tous les contenants qui peuvent être remplis de nouveau avec des produits achetés en vrac.
Je privilégie au maximum les contenants en verre. Je n’ai pas encore trouvé de distributeur de savon ou pulvérisateur en matériaux durables. J’ai déjà vu des DiY pour rajouter une pompe de savon à un bocal Le Parfait. J’essayerai peut-être un jour…

courses

Comment je fais mes courses ?
Je vais au marché une fois par semaine avec mon kit (grands pochons en tissu, bocaux et tupperwares en verre). J’y achète les fruits, légumes, viande, poisson, olives, citrons confits, charcuterie, fromage.
Pour le reste j’alterne entre les magasins bio et les deux épiceries en vrac Day by Day de Paris. Plusieurs de mes magasins favoris sont dans Paris, donc je prévois mes pochons, plus légers que des bocaux quand on est à pieds. Pour les épiceries Day by Day, j’amène aussi mes bouteilles en verre pour acheter les liquides. C’est assez lourd mais on s’y fait, le temps que tout ça se démocratise et que d’autres boutiques ouvrent près de chez moi.

Au marcher, mon maraîcher pèse les légumes et fruits avec le sac sans le tarer. Il pèse les gros légumes seuls (brocolis, choux-fleurs, bananes…), ensuite, je les mets ensemble dans un grand sac.

Chez Day by Day et certains magasins bio (biocop, la vie claire) il enlève la tare du pochon si on le demande. Certains magasins ne font pas la tare…tant pis, je fais juste attention à ne pas y acheter des oléagineux, assez chers.

Un conseil, commencez par les fruits et légumes au marché, c’est le plus facile.