Skip to content

Madame Bocal


Préparation de la rentrée pour ma fille de 7 ans

Préparation de la rentrée pour ma fille de 7 ans

La rentrée se prépare petit à petit chez nous… On réutilise, on achète d’occasion, sans solvants, neuf chez un petit libraire et en dernier recours en grande surface. L’année dernière, on avait encore beaucoup de choses à faire à la dernière minute, donc cette année j’ai décidé de m’y prendre tôt. J’ai réuni le maximum de matériels la première quinzaine de juillet. Il ne me reste plus de quelques fournitures à acheter en papeterie (grandes colles sans solvants, ramette de papier, effaceur de rechange).

Le cartable

L’année dernière, j’avais suivi le choix de ma fille qui s’était porté sur un cartable hello kitty neuf d’occasion. On a passé l’année à réparer les fermetures, de plus il était trop petit ! Donc cette année, on a cherché un cartable Tann’s sur le bon coin. Je donnerai l’ancien à Emmaüs ou une Ressourcerie, ils arriveront peut-être à le réparer durablement.
Après 2 rendez-vous infructueux via le bon coin, nous avons enfin trouvé le cartable Tann’s de ma puce. Elle le voulait d’apparence neuve, ce qui m’a fait faire chou-blanc 2 fois. Les cartables étaient très bien en photo mais plus abîmés en réalité. J’ai parcouru Paris en pleine canicule et perdu 3 soirées tranquille sans les enfants. Sur le coup, je me disais que je ne trouverai peut-être pas le bon cartable à temps… ce qui a engendré un peu de stress avant mon départ en vacances. Mais je l’ai trouvé !

En le découvrant, ma fille était aussi enthousiaste que si je l’avais choisi en magasin. C’est sûr qu’acheter d’occasion prend parfois plus de temps et d’énergie qu’acheter neuf. Mais cela permet aussi d’avoir un achat mûrement réfléchi. Je suis contente d’avoir racheté un objet déjà en circulation et d’avoir évité de gâcher des ressources inutilement. Il y a déjà tellement d’objets qui attendent d’être rachetés. Et, petit avantage, non négligeable, je l’ai payé 30€ à la place de 73€ en boutique.

Fournitures

Dans un premier temps, j’ai trié la trousse de ma fille en récupérant ce qui était encore viable : stylo plume, cartouches d’encre, feutres velleda, ciseaux, règle. J’ai réussi à nettoyer l’ardoise velleda. On frotte celle-ci avec quelques gouttes d’huiles essentielles (au choix) sur un chiffon et les restes de marqueurs effaçables s’en vont.
A la cave, nous avions un gros stock de fournitures en tout genre que j’ai trié. J’ai découvert que j’avais des crayons de papier, stabilos, ciseaux et gommes pour une bonne partie de la scolarité de mes enfants ! J’ai retrouvé un taille crayon avec réservoir, une trousse en très bon état et une boîte neuve de crayons de couleurs ; ils datent de mes années de lycée. Cela tombait bien j’avais besoin de changer ceux de ma fille. Ses crayons de couleurs, récup de marques disparates, étaient difficile à tailler et son taille crayon en métal abîmaient trop les crayons.
Pour les effaceurs, grosses colles en bâton, ramettes de papier A4, stylos vert/rouge/bleu, je vais les acheter chez notre libraire.

Seul petit craquage en grande surface : un paquet de 8 bâtons de colle sans solvants à un prix dérisoire, 18 feutres lavables dans un étui en carton.
Il ne me manque plus qu’un dictionnaire précis à acheter. Pour les cahiers et protèges cahier, l’école les fournit.

Autres

L’école demande chaque année lingettes (en maternelle) et mouchoirs. J’achète des mouchoirs non blanchis et fabriqués en matières recyclées. Ils sont d’apparence blancs, et non marron clair comme l’on trouve parfois. Pour les lingettes, j’essaye de prendre les moins cracra.
Pour le rouleau couvre livre transparent, on fini celui de l’année dernière, puis on en rachète si besoin.

J’espère que ça vous aura donné quelques idées. Chez nous, ça a été un plaisir de préparer la rentrée doucement, de façon écologique.

Leave a Reply